Damien Thiéry confirmé comme bourgmestre de Linkebeek

damien thierryLe conseil communal de la commune à facilités de Linkebeek a confirmé, lundi soir, sa décision du 4 mai, proposant Damien Thiéry au poste de bourgmestre.
Depuis les élections communales de 2012, le gouvernement flamand a déjà refusé par deux fois la nomination de Damien Thiéry au poste de bourgmestre de Linkebeek. Celui-ci a, à chaque fois, été en vain en appel de cette décision. Selon la nouvelle réglementation élaborée dans le contexte de la réforme de l’État, la commune doit proposer un nouveau candidat, dans pareil cas.

Le gouverneur du Brabant flamand, Lodewijk De Witte, avait par conséquent pressé Linkebeek de présenter un autre candidat. Le 4 mai, le conseil communal avait organisé un vote à bulletin secret. Treize conseillers communaux francophones sur 15 avaient voté pour Damien Thiéry. Ce dernier avait conclu que “personne ne voulait sa place”. Damien Thiéry qui siège à la Chambre pour le MR, est bourgmestre non nommé de Linkebeek depuis 2007

Minorités nationales: les francophones de Flandre dénoncent à nouveau une mise au frigo

Source :  Belga News

Cinq associations représentant les francophones de Flandre ont dénoncé jeudi une nou- velle mise au frigo par la Belgique de la question des minorités nationales en vue de l’Exa-men Périodique Universel (EPU) devant les Nations-Unies.

En janvier 2016, la Belgique sera soumise à ce nouvel EPU devant ses pairs. En 2011, une recommandation de ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales lui avait été adressée mais le royaume l’avait tenue en suspens. Or, il ressort d’une réponse parlementaire donnée au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles que le rapport belge se limitera à faire l’état de la question des recommandations acceptées. Le thème des minorités ne sera donc pas abordé à ce stade-ci.

La société civile sera entendue le 12 juin à l’initiative du SPF Affaires étrangères. La version définitive du rapport, qui repose sur une collaboration entre le fédéral et les entités fédérées, sera envoyée à l’ONU le 26 octobre au plus tard. En plus du document national, le bureau du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) préparera un rapport sur la base de contributions de la société civile, a rappelé le ministre des Affaires étrangères à la fin avril dans un courrier.

L’Association Pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF), l’Action fouronnaise, l’Association de promotion des droits humains et des minorités (Adhum), l’Association francophone de Leeuw-Saint-Pierre et les Citoyens de Zaventem déplorent un “manque de transparence” des Affaires étrangères devant leurs multiples sollicitations et l’absence de participation active qui leur avait été promise.

Belga