Allons voir si la mer n’est pas plus bleue sur la Côte d’Opale

De plus en plus de belges fran­co­phones, las­sés par la Côte belge (pardon flamande) et le mauvais accueil qui leur est souvent réservé, en sont convain­cus. Sur la Côte d’Opale, pas de barres d’im­meubles en front de mer. Cette ré­gion plus sau­vage, plus pré­ser­vée et de surcroît francophone est nettement moins chère. Dès lors, 6 à 8 ache­teurs de ré­si­dences se­con­daires sont belges. A Coxyde cette année, les affiches “à vendre” ont fleuri aux fenêtres, à dix kilomètres de la frontière française. Thierry de Séjournet, vendeur pour l’agence immobilière La Terrasse, analyse : “Il y a beaucoup de choses à vendre, et en ce moment, le temps de vente est plus long. Les affiches restent donc plus longtemps. Nous avons connu une baisse sur le marché : les prix ont chuté de 10% sur la digue et de 20% en dehors de la digue”.


Les Belges délaissent la côte belge pour la côte d’Opale.