Parlement européen : vers un siège unique

“Une nouvelle fois, les anti-Strasbourg ont obtenu gain de cause”, déplorent Les Dernières Nouvelles d’Alsace au lendemain de l’adoption par la commission des Affaires constitutionnelles du Parlement, par 22 voix contre 4, d’un rapport demandant que les députés européens puissent choisir eux-mêmes le lieu de leurs sessions plénières.

Le quotidien strasbourgeois écrit que le rapport, “lancé à l’initiative d’élus notoirement anti-Strasbourg” et “qui n’a pas de valeur législative”, demande que les chefs d’Etat et de gouvernement, seuls à pouvoir décider, à l’unanimité, de changer le siège d’une institution, cèdent cette prérogative au Parlement lui-même. Une majorité solide d’élus européens conteste les déplacements mensuels à Strasbourg. Et c’est là, justement, qu’ils devraient approuver ce rapport lors de leur session plénière de novembre prochain.

A Londres, le Daily Telegraph, jamais tendre envers les institutions européennes, soutient plutôt la position de la commission des Affaires constitutionnelles, et souligne l’impact sur l’environnement des deux sièges du Parlement européen : Les allers-retours constants entre Bruxelles et Strasbourg, au nombre de deux ce mois-ci, rejettent l’équivalent de 20 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère.