La périphérie s’internationalise

C’est ce qu’affirme Didier Willaert, de la VUB, au terme d’une étude sur le caractère flamand de la banlieue bruxelloise.

La périphérie bruxelloise est de moins en moins flamande et de plus en plus internationalisée.
Ce constat nous parvient de Didier Willaert, démographe à la VUB, et qui vient juste de réaliser une étude sur le caractère flamand de la périphérie ainsi qu’une autre sur sa constante internationalisation.

Détais sur : http://www.dhnet.be