Ben Weyts: “La langue parlée à la maison, c’est à la maison, pas en classe”

Source : 7sur7.be

Le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts, n’apprécie pas un projet lancé par la Commission communautaire flamande à Bruxelles (VGC) qui promeut le multilinguisme et l’usage de langue parlée à la maison dans les écoles néerlandophones de Bruxelles. Selon le ministre N-VA, l’initiative introduit la confusion sur le rôle du néerlandais comme langue d’instruction et ne repose pas sur des évidences scientifiques.

“Nous voulons investir dans le multilinguisme néerlandais, français et anglais dans nos écoles, en combinaison avec les langues que les élèves parlent à la maison”, avait expliqué le ministre bruxellois Sven Gatz (Open Vld) lorsqu’il a lancé son projet.

Le ministre flamand de l’Enseignement dit ne pas avoir été mis au courant du projet et le conteste sur le fond: le néerlandais doit demeurer la langue d’enseignement dans les écoles flamandes. “Ce n’est pas une bonne idée de s’écarter des principes de base. Le néerlandais est la maïzena de notre enseignement”, a-t-il expliqué.

“Au plus la diversité est grande, au plus est grande la nécessité d’une langue qui relie les gens, à savoir le néerlandais. Nous respectons les langues parlées à la maison mais elles sont utilisées à la maison et non en classe. Tout autre message donné sans base scientifique sème la confusion”, a-t-il dit.

Le CD&V n’est pas de cet avis. “Nous ne devons pas nous écarter du néerlandais comme langue de l’enseignement mais il faut se montrer ouvert à la langue qui est parlée par les élèves à la maison, certainement dans un contexte multilingue comme celui de Bruxelles. La langue parlée à la maison ne doit plus être vue comme quelque chose de sale”, a souligné la députée Loes Vandromme qui s’exprimait au nom de son collègue Hilal Yalçin.