Pauvre Belgique: quand The Wall Street Journal se moque de nous

Le Vif du jeudi 30 mai 2013
Circulation impossible, économie caduque, bureaucratie, système d’impôts injuste… selon The Wall Street Journal, il n’y a pas grand-chose de bon en Belgique.

manneken“Un guide-UE pour un pays en panne” titre Frances Robinson, membre de l’équipe Bloomberg/Wall Street Journal, à Bruxelles. Elle dresse un inventaire de tout ce qui ne va pas en Belgique.

Bien sûr, il n’est pas inhabituel que certains eurocrates et autres expatriés se plaignent de l’ennui éprouvé en Belgique. Bruxelles n’est ni Londres, ni Paris et cela leur reste dans la gorge. Des pages Facebook entières sont d’ailleurs consacrées à ces critiques. Même s’il faut prendre ce genre de déclarations avec des pincettes, la liste de plaintes parues sur Wall Street Journal n’est pas toujours infondée. En voici un petit aperçu : Continuer la lecture

L’artiste Kamagurka retire son oeuvre en signe de protestation

François Schuiten censuré au parlement flamand : Kamagurka retire son oeuvre.

Le comédien et artiste Kamagurka a décidé de retirer son oeuvre de l’exposition “Strips in originelen” organisée au parlement flamand, en signe de protestation contre la décision de masquer un phylactère en français sur une reproduction d’un dessin de François Schuiten. Il l’a fait savoir via son compte Twitter.

“Ik ben er un peu beu man”, a tweeté Kamagurka – de son vrai nom Luc Zeebroek – dans un jeu de mot bilingue sur le nom du président du parlement, Jan Peumans, traduisible littéralement par “j’en ai un peu marre”, mec. “Et je retire mon oeuvre qui est exposée au parlement flamand.” 

Bande dessinée en français censurée par le parlement flamand.

Scheuten

L’image censurée

Le parlement flamand a accueilli une exposition de BD, bonne idée. Parmi les planches exposées figurait un dessin de François Schuiten. Mais sur l’invitation officielle au vernissage et sur la couverture du catalogue, le dessin a été altéré : Jan Peumans, président du parlement flamand, élu de la Nouvelle Alliance Flamande a fait retirer le texte de la bulle. Pensez, il était écrit en Français !

Invitation

Interrogé par le Standaard, le porte-parole de Jan Peumans (NVA), Luc Demullier, a justifié ainsi la décision :

« Nous ne pouvions tout de même pas laisser un texte en français au parlement flamand (…) C’était trop tard pour changer (la planche). Le gouvernement flamand paie les commissaires de l’exposition 10.000 euros pour remplir leur rôle, est-ce trop demander de choisir une planche sans phylactère en français ? ».

Le texte original de la bulle était : « Axel, vous savez que je vous ai toujours soutenu, au point de me brouiller avec Chlowsky… Mais cette fois, permettez-moi d’insister ! ».

Les réactions ont été vives, à commencer par celle de François Schuiten, qui s’est déclaré « choqué », comme le rapporte Le Soir :

« On m’a demandé l’autorisation d’exposer cette planche de L’Enfant penchée dans le cadre d’une exposition sur les originaux des auteurs belges de bande dessinée. Le texte des bulles appartient à l’original. Il est lettré à la main avec la même plume et la même encre que le dessin. Il fait partie intégrante de l’œuvre (…) A aucun moment, je n’ai été informé de ce que je considère comme une éradication, une attaque à la nature même de mon travail ! Je trouve cette affaire extrêmement regrettable. C’est une illustration par l’absurde du contraste dans ce pays entre l’ambition artistique et la mesquinerie politique… »

Le président des Fédéralistes démocrates francophone Olivier Maingain s’est demandé si « le barbouilleur Jan Peumans » irait jusqu’à interdire le « Ceci n’est pas une pipe » de René Magritte si ce tableau était exposé en Flandre…

Magritte

Bruxelles, pas belle

Le constat de Libération est accablant :

Bruxelles pas belle

Pour les fortunes françaises désireuses de fuir l’impôt hexagonal, Bruxelles a deux atouts: son climat fiscal et sa proximité (une heure vingt de Paris en Thalys). Cette proximité est même une nécessité si l’on veut préserver son moral, car l’argent n’est pas tout. Le choc de l’arrivée à destination risque d’en laisser plus d’un sur le carreau tant la capitale belge est laide et sale, hormis des îlots presque miraculeusement préservés. Si les exilés fiscaux n’ont que ce qu’ils méritent, on peut avoir une pensée pour ceux qui y vivent parce que c’est le siège des institutions européennes.

Continuer la lecture

Redevance sur les panneaux photovoltaïques

Quand on change unilatéralement les règles du jeu …

Les propriétaires de panneaux photovoltaïques vont devoir payer une redevance de 55 euros par KWc, qui sera perçue par les gestionnaires de réseaux de distribution, révèlent mardi les journaux de L’Avenir. Les gestionnaires de réseaux de distribution (GRD) viennent de décider de faire payer aux propriétaires de panneaux photovoltaïques une redevance de 55 euros par KWc pour l’utilisation du réseau, comme c’est déjà le cas en Flandre. Une exonération pendant sept ans est toutefois prévue pour les trois premiers KWc.

Cette redevance devrait être d’application d’ici quelques semaines. Les GRD mixtes, qui dépendent d’Ores, attendent la décision finale des autres intercommunales d’électricité pures pour envoyer leur proposition au régulateur fédéral, la CREG.

Une fois l’avis de la CREG rendu la redevance pourra être demandée, mais il faudra que les fournisseurs d’électricité, qui seront chargés de la facturation, suivent, or ils renâclent pour cause de lourdeur de tâche supplémentaire, indiquent les journaux de L’Avenir.

La redevance prendra effet au moment où la CREG l’aura ratifiée mais ne sera pas appliquée pour les années antérieures.

La dette de la Flandre a augmenté de trois milliards en quatre ans

La libre du 10/05/2013

Plusieurs raisons expliquent l’accroissement de cette dette.
La dette totale garantie de la Flandre s’élevait à la fin mars à 10,6 milliards d’euros. D’ici, la fin de l’année, elle devrait s’accroître pour atteindre 12 milliards d’euros, soit une augmentation de 3,1 milliards d’euros par rapport à son niveau en 2009, ressort-il d’une réponse du ministre flamand du Budget, Philippe Muyters, au député Lode Vereeck (LDD).

Selon les mêmes estimations, cette dette passera à 14,7 milliards d’euros à la fin 2015.

L’Europe recale le décret Wonen in eigen streek

Le Soir du 08 mai 2013

Le décret « Wonen in eigen streek » (« Habiter dans sa propre région ») n’est pas compatible avec le droit européen, a jugé la Cour européenne de Justice. « Ceci constitue le premier coup d’arrêt à la politique discriminatoire du gouvernement flamand qui veut exclure la présence francophone en périphérie bruxelloise », réagit Eric Libert (FDF).

En moins d’un mois, la Cour de Justice de l’Union européenne aura imposé deux coups de frein à la politique linguistique du gouvernement flamand. Après l’arrêt condamnant les dispositions restrictives en matière de rédaction des contrats de travail pour les travailleurs transfrontaliers, voici celui, rendu ce 8 mai, qui s’oppose au décret de la Région flamande du 27 mars 2009, relatif à la politique foncière et immobilière. Ce décret soumet le transfert de biens immobiliers situés dans une soixantaine de communes de Flandre à la vérification par une commission d’évaluation provinciale de l’existence d’un « lien suffisant » entre l’acquéreur ou le preneur potentiel et ces communes.

Selon la Cour, ce décret est contraire au droit de l’Union européenne en ce qu’il constitue une « restriction non justifiée aux libertés fondamentales ».