Un médecin refuse de soigner une patiente qui ne parle pas le néerlandais !

Un médecin renie son serment d’Hippocrate

Une maman et sa fille n’en reviennent toujours pas. Maria-Yolanda, 62 ans, et Laetitia, 35 ans, sont tombées de leurs chaises ce lundi lorsque le neurologue néerlandophone qu’elles consultaient au sein de l’hôpital Onze-Lieve-Vrouwziekenhuis a catégoriquement refusé de les soigner parce qu’elles ne parlaient pas le néerlandais. “On est en Flandre ici et il faut parler le néerlandais. Vous n’avez qu’à aller vous faire soigner à Bruxelles si vous voulez un médecin qui parle en français” , aurait en substance justifié l’intéressé pour mettre un terme à la consultation . Et Laetitia d’embrayer : “Il a refusé de nous soigner parce qu’on ne parlait pas le néerlandais mais on a eu la démonstration par la suite qu’il s’exprimait parfaitement en français sans le moindre accent et je lui ai donc dit qu’il faisait preuve d’extrémisme et qu’il n’avait rien d’humain.

Pour rappel, voici une des phrases du serment d’Hippocrate tel qu’il est prévu par l’ordre national des médecins de Belgique  : Je veillerai à ce que  des convictions politiques ou philosophiques, des considérations de classe sociale, de race, d’ethnie, de nation, de langue, de genre, de préférence sexuelle, d’âge, de maladie ou de handicap n’influencent pas mon attitude envers mes patients.