Peur sur Alost. La “tache” s’étend…

Interrogés sur le sujet, des fonctionnaires de la ville décèlent un phénomène plus large. de plus en plus de familles francophones, originaires de Bruxelles, s’installent à Alost. Les raisons de cette migration sont évidentes. les parents y trouvent des écoles de qualité pour leurs enfants et la vie y est moins chère qu’à Bruxelles. […] Nous avons l’impression qu’Alost est en train de devenir la périphérie de Bruxelles. Les habitants de la ville carnavalesque, surnommés les Ajoinen ( les oignons ), découvrent avec stupeur un fait épouvantable. leur ville se trouve à une vingtaine de kilomètres de Bruxelles. […] Un habitant de Yokohama sait qu’il habite dans la périphérie de Tokyo. A Argenteuil, tout le monde sera d’accord pour dire que la ville est située dans la banlieue parisienne. A Alost, on réduit la réalité territoriale à une impression. En plus, cette négation de la géographie va de pair avec la croyance absurde que les problèmes bruxellois s’arrêtent à la frontière régionale ou linguistique et, donc, que les soucis dans l’enseignement de la capitale et ceux engendrés par la pauvreté à Bruxelles n’ont pas de répercussions en territoire flamand.

Détails sur :  http://www.lalibre.be